www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Charente (16)

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Rythmes scolaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum 0 réaction
3 février 2013

Grève le 12 février


- Grève mode d’emploi

- Gréviste ?

- Rythmes scolaires

- Refondation

Grève : mode d’emploi

Qui peut faire grève ? Qui doit faire une déclaration préalable et selon quelles modalités ? Quel est le rôle du directeur ? ...

CLIQUEZ ICI

Grèviste ?

Afin d’avoir un état des lieux de la mobilisation pour le 12 février. Nous vous demandons de remplir ce bref questionnaire.

N’hésitez surtout pas à laisser vos commentaires. Nous garantissons l’anonymat de vos réponses.

CLIQUEZ ICI

Oui à une réforme des rythmes mais réussie pour les élèves et construite avec les enseignants.

Depuis des semaines, nous n’avons cessé d’attirer l’attention du ministre sur les multiples difficultés que pose la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle a été engagée. Nous ne revendiquons pas un statu-quo ou un retour en arrière...bien au contraire !

* Nous voulons une réforme réussie pour tous les enfants sur tout le territoire.

* Nous demandons également une réforme qui prennent en compte les conditions de vie professionnelle des enseignants.

Inégalités : nous écrivons un NON

Or, à l’épreuve des travaux pratiques, c’est la grande déception. Alors que le ministre affirmait en octobre dans le journal Le Monde « qu’aucun enfant ne soit hors de l’école avant 16h30 », aujourd’hui, l’Association des maires de France précise que l’heure de sortie de 16h30 n’est pas obligatoire et que l’organisation des activités péri-éducatives reste à la libre appréciation des élus, tout comme leur gratuité. Malgré les efforts des communes, cette réforme va générer de nouvelles inégalités dans une offre éducative qui en compte déjà beaucoup trop. Quel pis-aller.

Pas sans les enseignants

De même, alors que le ministre déclarait encore la semaine dernière sur France-Inter que les conseils d’école seraient consultés, aujourd’hui, sur le terrain, il n’en est rien. Horaires des écoles, durée de la pause méridienne, organisation de la sieste en maternelle, utilisation des locaux scolaires sur le temps péri-éducatif, organisation des activités périscolaires et des activités pédagogiques complémentaires, tout cela ne peut être pas être le fruit d’une décision unilatérale écartant les enseignants.

La pause méridienne : un temps pour qui ?

Comme il faut aller vite pour être prêt dès 2013, des schémas rigides d’organisation du temps scolaire surgissent dans les départements. Tous semblent vouloir imposer un allongement de la pause méridienne, parfois jusqu’à 2H45, avec une demi-heure d’activités périscolaires.

Où est l’intérêt de l’enfant pourtant vanté à coup de déclarations fracassantes ? Car on peut alors se demander quelle sera la nature des activités que l’on peut offrir à des enfants en 30 minutes. Et puis, que feront les enfants le reste du temps de midi ? De la cour de récréation ? Et ceux qui ne mangent pas à la cantine ? Et les enfants de maternelle dont les besoins physiologiques nécessiteraient qu’ils bénéficient de la sieste juste après le déjeuner ?

De même, où est la prise en considération des conditions de vie personnelle et professionnelle des enseignants ? Dans beaucoup d’endroits, faute de locaux, il est envisagé d’utiliser les salles de classes pour ces activités du midi. Mais alors, que feront les enseignants qui sont condamnés à rester à l’école sur ce temps méridien ? Du coup, les enseignants finiront l’école à 16H 15 voire 16H30 comme avant, avec le mercredi en plus. Il est inconcevable de leur imposer un allongement de leur amplitude de travail à l’école. Idem pour les animations pédagogiques dont certains DASEN annoncent déjà qu’elles auront lieu le mercredi après-midi. Enfin, le SNUipp-FSU demande toujours au ministre une revalorisation des PE.

Reporter pour une vraie réforme réussie en 2014

Face à ce bricolage insatisfaisant qui se dessine pour les enfants comme pour les enseignants, le SNUipp-FSU estime qu’il faut reporter la réforme à 2014. Le décret d’aménagement du temps scolaire doit être revu, les conseils d’école consultés. Il faut se donner le temps de penser une vraie réforme et de construire les conditions de sa réussite dans les écoles en s’appuyant sur les enseignants.

C’est sur cette plateforme, et pas une autre, que dans les départements, le SNUipp-FSU va s’adresser à ses partenaires attachés à une transformation de l’école au service de la réussite des élèves. Pas de statu quo ! Nous voulons faire bouger l’école, dans le bon sens et avec les enseignants.

Refondation

Si le projet de Loi d’orientation est en partie une rupture face à la politique menée ces dernières années à l’Education Nationale (et qu’il est donc absurde de demander son retrait), de nombreux points nécessitent une forte mobilisation :

OUI au retour de la formation initiale MAIS sans oublier la formation continue.

OUI à la révision des programmes MAIS non au socle commun.

OUI à la remise à plat du dispositif d’évaluation MAIS au service des enseignants et des apprentissages des élèves.

OUI au plus de maîtres que de classes MAIS pour des dispositifs innovants et des pratiques pédagogiques qui reconnaissent et s’appuient sur l’hétérogénéité des élèves.

OUI à la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, partout où les familles le souhaiteront.

Les grands oubliés de la Refondation :

Direction d’école … ? (augmentation du temps de décharge, aide pérenne par des emplois statutaires, remise à plats de missions et responsabilités, reconnaissance financière... )

Abaissement significatif des effectifs par classe ?

Loi 2005 sur le handicap … quels vrais moyens pour la mise en oeuvre ?

Lutte contre l’inégalité scolaire … ?

Personnels précaires …A quand la création de vrais métiers ?

Le financement à la hauteur des besoins pour un périscolaire de qualité gratuit pour tous ?

Fin de l’externalisation des aides pédagogiques : vraie fin de l’aide personnalisée et des stages de remise à niveau.

Les enseignants veulent le changement, mais un changement ambitieux, pas dans la demi-mesure.

C’est pourquoi, pour demander au Ministre de prendre le temps d’ouvrir les chantiers nécessaires à une réforme complète et de qualité, nous serons en grève le mardi 12 février.

Mobilisons nous nombreux pour que la réforme ne se limite pas à un décret précipité et mal pensé sur les rythmes scolaires.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Charente- Maison des Syndicats -10, rue Chicoutimi -16000 Angoulême

- Tél : 05 45 95 48 09
- tél. portable : 06 74 13 47 44
- fax : 05 45 93 26 18
- Mail : snu16@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Charente (16), tous droits réservés.