www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Charente (16)

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Refondation de l’école 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum 0 réaction
5 décembre 2012

Compte rendu de l’audience accordée à la FSU Poitou-Charentes le 29 novembre 2012 par Yannick Tenne (conseiller technique de V.Peillon)

Plusieurs sujets ont été abordés lors de cet entretien. Pour beaucoup d’entre eux, nous avons eu peu de réponses.

M. Tenne a rappelé que nous étions dans "une situation budgétaire compliquée". Que la future loi de refondation et de programmation avait pris du retard et qu’elle serait diffusée mi-janvier. « on ne peut créer 60 000 postes en une année, on ne peut RE- créer une formation digne de ce nom en quelques mois ». « la loi a du retard lié aux allers retours dans les différents ministères où elle doit être examinée ». Celle-ci établira des objectifs sur 5 ans et Y.Tenne a insisté sur la dissociation entre le rapport sur la Concertation et la politique réellement menée par la gouvernement. « le rapport de la concertation reste le rapport de la concertation, le ministre n’est pas engagé, ce n’est pas sa feuille de route ». Les dossiers comme "rythmes scolaires, socle, direction, rased... " ne seront pas présents dans cette loi mais font ou feront l’objet groupes de travail qui pourraient déboucher sur des décrets ....

Ces groupes de travail se développeront, pour la plupart, à partir du mois de janvier. Ainsi par cette formule, il a reporté les réponses sur ces sujets parfois "embarrassants". Il a tout de même précisé sur le LPC "On l’ a simplifié, on va réfléchir, tout cela va être reconstruit" donc nous pouvons comprendre : il est inutile de se précipiter sur la version "light" annoncée.

Interventions de la FSU

Pour le premier degré :

les conditions de refondation ne sont pas respectées : les acteurs de terrain sont oubliés. Un temps doit être donné à l’ensemble des collègues pour s’exprimer sur les divers sujets menés. Le conseiller a d’ailleurs confirmé que les concertations locales n’avaient pas été une réussite.

l’offre de formation continue pour l’ensemble des collègues est honteusement absente cette année sur l’académie. Le SNUipp/FSU a dénoncé cette situation qui ne peut rester en l’état et a demandé que dès l’année prochaine, des dispositions soient prises pour permettre des départs nombreux. Nous avons tous besoin de formation, jeune enseignant ou moins jeune. Le conseiller s’en est remis au recteur.

l’insuffisance du nombre de postes sur les missions spécifiques CLIN et RASED à la suite des cartes scolaires précédentes. Le conseiller l’a noté et a précisé que les missions seraient travaillées lors des groupes de travail. Il a réaffirmé que la mesure ministérielle "1 maître de plus que de classes" ne remplaçait pas les RASED.

Le dispositif ECLAIR doit être revu urgemment. Nous avons rappelé notre opposition à la part modulable ECLAIR et alerté sur les conditions de travail dégradées notamment pour les coordonnateurs pédagogiques. Le conseiller a déclaré que la question de l’éducation prioritaire était en cours de réflexion.

Mouvement : nous avons réclamé le rétablissement de la seconde phase de saisie des vœux et demandé qu’une circulaire ministérielle soit envoyée au recteur et aux Dasen en ce sens . Comme nous le démontrons depuis 4 ans, le nombre de personnes affectés d’office sur des postes non demandés a explosé avec l’instauration d’une seule et unique phase. Conséquence : cela est préjudiciable aux enseignants, aux équipes, aux écoles, aux élèves. Des départements ont déjà remis en place les deux phases de voeux pour ces raisons, c’est donc possible. Le conseiller a alors échangé avec le Dasen de la Vienne...

Gouvernance académique : la non représentativité des personnels 1er degré au niveau académique est préjudiciable car les décisions sont de plus en plus prises à ce niveau. Nous continuons à demander à faire partie du "Groupe académique d’expert" par exemple, indispensable dans l’attribution des postes adaptés. Le conseiller a dit que le gouvernement ne reviendrait pas sur le décret du 5 février mais qu’il y aurait des améliorations... Il est bien conscient de la problématique liée aux décisions prises à un niveau rectoral en l’absence de toute représentativité des personnels des écoles.

Pour le second degré :

C2I /CLES : on lui fait remarquer les disparités de traitement d’une académie à l’autre pour les stagiaires et l’on demande une harmonisation et l’intégration dans la formation afin d’obtenir une gratuité totale (gratuit à Nantes, 120 euros à Bordeaux, 390 à Poitiers !) Le conseiller Tenne a renvoyé la balle à l’autonomie des universités en déclarant « c’est vrai, mais c’est le fait des Universités, c’est assez délicat ! » , « je reconnais que cela pose problème »

Socle commun : La FSU n’est pas favorable à ce concept restrictif et minimaliste, nous préférons la notion de culture commune plus ambitieuse dans son contenu. Le conseiller déclare : « vous allez être étonné avec la loi où nous définirons un socle de culture commune » (sic)

LPC : les collègues sont agacés par ce livret de compétences et les multiples items dont les versions changent sans arrêt. La FSU en demande le retrait pur et simple. Le conseiller commente : « pourtant on a déjà simplifié, il faudra encore procéder à des ajustements, on va simplifier, tout sera reconstruit ce qui sera fait avec la loi d’orientation » Réforme du lycée : les collègues sont inquiets et déçus, ils ont l’impression qu’il n’y a pas de remise à plat de la réforme Chatel, pas de changement ! Le conseiller déclare : « c’est vrai, il n’y a pas eu de bouleversement, on ne peut faire de réforme sans arrêt » - « pas de nouvelle réforme prévue » - « nous verrons ce qui ne va pas et procéderons à des ajustements, il y en a eu déjà quelques uns » - « Un Groupe de Travail se penchera sur d’autres aspects »

La FSU a également échangé sur les thèmes suivants : Précaires, COpsy , Assistantes sociales, EPS et Sport scolaire, Apprentissage

Le temps étant compté nous n’avons pu aborder tous les points que nous avions prévus comme la situation des personnels administratifs, les personnels enseignants STI, la santé etc...

Audience des 4 SNUipp de l’académie avec le recteur : MARDI 18 DECEMBRE

Audience SNUipp avec tous les coordonnateurs ECLAIR de l’académie auprès du recteur : JEUDI 13 DECEMBRE. Ces personnels nous ont fait part de leur mal être dans leurs missions, de pressions, d’un pilotage de l’éducation prioritaire à vue ...

 

7 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Charente- Maison des Syndicats -10, rue Chicoutimi -16000 Angoulême

- Tél : 05 45 95 48 09
- tél. portable : 06 74 13 47 44
- fax : 05 45 93 26 18
- Mail : snu16@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Charente (16), tous droits réservés.