www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Charente (16)

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Refondation de l’école 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum 0 réaction
10 septembre 2012

Refonder l’école :

Refonder l’école : des personnels formés et reconnus

Temps de service, conditions d’exercice du métier, formation, salaires... Autant de dossiers que le SNUipp met sur la table de la concertation. Car rien ne se fera sans des enseignants bien formés et reconnus dans leur engagement professionnel.

Temps de travail : besoin d’air

Les enseignants des écoles s’investissent sans compter pour la réussite des élèves. Près de 43 heures par semaine dont plus de 17 h hors enseignement : 11H15 pour la préparation de la classe et les corrections, environ 2 heures pour la concertation avec les collègues, près d’une heure pour les rencontres et réunions avec les familles... Le reste du temps étant consacré à la formation, au soutien scolaire, à la surveillance des récréations. Comme l’écrit en 2008, le rapport Pochard sur le métier d’enseignant , « si l’on compare cette charge de travail à celle des enseignants des pays de l’OCDE, on constate qu’elle est plutôt plus forte pour les enseignants du premier degré ». Charge de travail d’autant plus lourde que les conditions de travail sont devenues plus difficiles. Trop souvent les enseignants sont seuls dans l’exercice quotidien de leur métier qui devient alors une véritable course d’obstacle.

Déterminés à changer la donne

il est temps de valoriser un grand nombre de pratiques professionnelles qui ne sont pas ou très peu reconnues dans les textes réglementaires : travail en équipe, temps passé au lien avec les familles, participation aux projets, suivi et aide aux élèves en situation de handicap, en difficulté... Le volontariat a atteint ses limites. Les enseignants ont besoin de temps reconnus et revalorisés pour bien remplir leurs missions au service de la réussite des élèves.

Débattons ensemble

d’une éventuelle nouvelle définition du temps de service des enseignants des écoles, de nouveaux métiers et de leurs missions aux côtés des élèves et des enseignants...

Salaires : nécessaire revalorisation

Le salaire des enseignants est une valeur en forte baisse. D’une part, les chiffres publiés par l’OCDE confirment que la France est en bas de l’échelle des comparaisons internationales. D’autre part, les évolutions de carrière sont bien moins rapides que dans le second degré et trop souvent sans grandes perspectives. À cela s’ajoutent des salaires gelés et des frais de déplacement à la hausse, ce qui détériore le pouvoir d’achat des enseignants. La priorité accordée au primaire passe aussi par des gestes financiers envers ceux qui font l’école. À l’heure où l’attractivité du métier d’enseignant se pose avec une réelle acuité, la revalorisation des enseignants constitue une nécessité autant morale que stratégique.

Déterminés à changer la donne

la valeur de l’engagement professionnel des enseignants du primaire doit être reconnue. Cela nécessite la mise en œuvre d’une véritable politique de rattrapage salarial. Le déroulement de carrière doit aussi être amélioré. Enfin, pour prendre en charge des dépenses personnelles induites par l’acquisition d’outils professionnels (matériel informatique, logiciel, ouvrages et matériels didactiques, abonnements...) une indemnité d’équipement professionnel doit voir le jour.

Débattons ensemble

du pouvoir d’achat et des salaires des enseignants, comme des leviers pour les améliorer (indice, indemnités, frais de déplacement, déroulement de carrière...).

Formation : tout à revoir

La réforme de la formation des enseignants, sous couvert d’un recrutement au niveau master (bac +5) a consisté à renvoyer l’apprentissage du métier à la seule pratique sur le terrain. Mis en situation d’enseignement sitôt le concours passé, les stagiaires de ces dernières années n’ont pu que s’adapter aux différentes dimensions du métier, heureusement souvent avec l’aide des collègues. Les maîtres formateurs, avec le démantèlement des IUFM, ont bien eu du mal à assurer un accompagnement pertinent et suffisant. Quant à la formation continue, elle n’a cessé de se réduire, se cantonnant souvent à des animations pédagogiques présentant de nouvelles injonctions... Le ministre s’est engagé à refonder la formation et à créer des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE). C’est dire si le chantier qui s’ouvre est important !

Déterminés à changer la donne

la qualité de l’enseignement passe par une formation initiale et continue des enseignants à la hauteur des enjeux de notre siècle et de la complexité du métier. Il ne suffira pas de revenir à la situation antérieure. C’est dans la durée, de manière progressive, et dans diverses dimensions (disciplinaires, didactiques, pédagogiques...) que se construisent les savoirs professionnels. La formation initiale doit donner le temps aux futurs enseignants de s’approprier la spécificité des apprentissages à l’école maternelle et élémentaire, en alternant cours, stages et retours réflexifs.

Débattons ensemble

de l’entrée dans le métier, de l’accès au métier de professeur des écoles et des pré recrutements, des besoins et des attentes des enseignants, du contenu des formations, de la place des maîtres-formateurs, de la formation des formateurs, de l’accès à la recherche, des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation, de la formation continue...

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Charente- Maison des Syndicats -10, rue Chicoutimi -16000 Angoulême

- Tél : 05 45 95 48 09
- tél. portable : 06 74 13 47 44
- fax : 05 45 93 26 18
- Mail : snu16@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Charente (16), tous droits réservés.