www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Charente (16)

Vous êtes actuellement : Instances paritaires  / CAPD 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum 0 réaction
9 septembre 2012

CAPD du 06 septembre 2012

LPC ; A.P. ; Part variable ECLAIR ; Intervenants langue ; Refondation école ; directions et temps de réunion ; Projet d’école ; Surnombres ; Gourville, Omega

4 représentants du SE (Mmes Mortier, Reboul, Boyer, M Ponchie) 5 représentants du SNUipp (Mmes Couderc, Daumar, Mrs Pochard, Vary, Peyraut)

Questions diverses du SE

- aide aux directeurs pour la rentrée Comme chaque année, les IEN ont prévu des moyens pour alléger la charge des directeurs.

- Etat des surnombres En fonction des types de calcul : 11 ou 15
- EVS administratif

3 contrats

Les questions diverses du SNUipp-FSU16

L.P.C. : UNE VRAIE AVANCEE

Qu’adviendrait-il pour les équipes enseignantes qui suspendraient la mise en application du LPC alors que M Peillon déclare que " le livret personnel de compétences actuel est inutilement complexe" et qu’il est souhaitable d’élaborer " pour le dialogue avec les parents, des outils de suivi des élèves clairs et compréhensibles"

Suite à notre intervention, le DASEN ,qui attend un nouveau cadrage pour cet outil, nous a informé que les équipes peuvent "temporiser" sur l’utilisation du LPC jusqu’au 3ème trimestre. Les équipes peuvent donc informer leur IEN de leur "suspension" du LPC.

Aide personnalisée :

Suite à différentes lettres, M le Ministre a écrit à la Rectrice "afin qu’elle procède à un examen particulièrement attentif de ce dossier et [je] ne manquerai pas de vous tenir informé de la suite qui pourra y être réservée" (courrier adressé à M Boutant). Nous réitérons notre demande d’une levée des sanctions financières pour les collègues concernés et souhaitons des informations sur l’état de ce dossier.

Nous devrions connaître dans les prochains jours l’arbitrage de la Rectrice.

Part variable ECLAIR :

Nous souhaiterions connaître la ventilation des montants de cette prime auprès des enseignants (combien n’ont rien touché, combien : 400€, etc ...). Par ailleurs nous demandons une justification écrite de la part des IEN concernés de cette ventilation alors qu’aucune information préalable n’a été faite auprès des enseignants.

Pour les 2 réseaux (Soyaux et Angoulême) :100% des directeurs ont perçu cette part variable ; 48% des adjoints ; 2 remplaçants ; 2 coordos ; 10 membres des RASED

400 à 499€ : 5 collègues

500 à 999€ : 29

1000 à 1499€ : 13

1500 à 1999€ : 3

2000 à 2400€ : 4

Pour les autres (incompétents, fumistes ...) rien. Il faut savoir que dans de nombreux départements, les DASEN ont réparti équitablement cette prime. HONTEUX !Les critères retenus sont : coordo (montant maximum, directeurs : 1300€ ; les collègues en décharge de direction ; les membres des RASED , les collègues prenant en charge l’USEP, etc...... Suite à notre demande, le DASEN a invité les IEN à communiquer aux équipes les critères et les choix.

Le SE qui intervenait pour la 1ère fois sur ce sujet, ne remet pas en cause le principe de part variable !!!!!!!

Intervenants langue :

Combien de demandes sont parvenues auprès de vos services et combien d’assistants seront recrutés ?

6 assistants sont recrutés (5 en anglais et 1 en allemand). Il semblerait que celui en allemand ne soit finalement pas sollicité par l’école.

Concertation sur la refondation de l’école :

Contenus d’enseignement, rythmes, formation, fonctionnement de l’école, revalorisation salariale... un grand nombre de sujets traités pourraient déboucher sur des solutions qui ne seront pas spontanément convergentes. Certaines d’entre elles auront même des conséquences directes sur la vie professionnelle et personnelle des enseignants. Nous vous demandons d’organiser une journée banalisée de consultation des enseignants des écoles sur les orientations pour l’avenir de l’école.

Le DASEN a repoussé notre demande (le SNUipp au niveau national fait cette demande au ministre) expliquant que ce n’était pas organisé ainsi et arguant d’un timing serré (il remettra sa synthèse le 22/09 à la rectrice)

Jeudi 13/09 de 17h30 à 20h à Marguerite de Valois

en 3 tables rondes (usagers, élus et associations, acteurs professionnels) puis échange avec la salle.

Une concertation sur l’école de demain sans les enseignants en 2h30 chrono..... ça laisse songeur !

Direction et réunions diverses :

Suite aux dérives des multiples commandes ministérielles, académiques et de circonscriptions peut-on convenir, quand le temps de concertation est épuisé, que les collègues ne sont pas tenus d’assister aux réunions ou bien de trouver des arrangements locaux (prendre le temps de réunion sur la journée de solidarité, …).

Nous avons rappelé au DASEN le rapport sur le temps de travail enseignant (une moyenne hebdomadaire de 42H12, donc bien plus pour les directeurs), la charge de travail mais également notre sentiment d’exercer bien plus qu’une activité professionnelle : une mission. Les sollicitations au conditionnelle des IEN auxquelles nous nous sentions obligés de répondre. Alors STOP ! Le DASEN, rapidement, a balayé ceci en laissant libre les IEN d’"organiser" des compensations !

Projet d’école :

Nous demandons une nouvelle fois la suspension de la réécriture des projets d’école : la mouture rectorale étant déjà caduque (plus de remontées d’évaluations nationales, rythmes scolaires, pause méridienne d’un minimum d’1h30, redéfinition du socle commun, refonte des programmes, redécoupage des cycles, avenir incertain de l’aide personnalisée ...).

Alors que le paysage de l’école va être redessiné avec des couleurs plus vivantes, nous avons dénoncé le manque de pilotage et d’anticipation de la rectrice et des DASEN. Comment vont-ils expliquer aux équipes après le vote de la loi qu’il faudra tout réécrire ? La concertation au niveau nationale dégage déjà certains consensus :
- Socle commun : à redéfinir, les faiblesses de la loi Fillon pointées
- Refonte des programmes avec des docs d’accompagnement
- GS intégré au Cycle1 en gardant la spécificité de la maternelle
- AP : les modalités seraient revues et placées pendant le temps scolaire Hermétique, le DASEN déclare que le projet d’école n’est pas un catalogue d’actions et qu’il restera inchangé ! Rendez-vous à la fin de l’année et à la rentrée 2013 !

Surnombres :

Dans l’éventualité où des enseignants en surnombre seraient positionnés en tant que moyen enseignant supplémentaire dans les écoles, les équipes pourront-elles décider de l’emploi qu’elles en feront ?

Le DASEN répond que les IEN sont responsables du cadre ce qui n’empêche pas les équipes de proposer des organisations.

"Eco-Ecole" de Gourville :

Nous souhaitons avoir des informations sur cette structure.L’administration n’a aucun contrat de passé, aucune information. Si le préfet sollicite l’éducation nationale, il y aura des contrôles.

OMEGA :

Cette expérimentation à la médiation n’est pas pilotée par l’administration, un suivi sera effectué.

 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Charente- Maison des Syndicats -10, rue Chicoutimi -16000 Angoulême

- Tél : 05 45 95 48 09
- tél. portable : 06 74 13 47 44
- fax : 05 45 93 26 18
- Mail : snu16@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Charente (16), tous droits réservés.