www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Charente (16)

Vous êtes actuellement : Instances paritaires  / CTPD 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum 0 réaction
17 décembre 2014

Guide pratique suite à une annonce de fermeture ou de non ouverture de poste (consignes, idée d’actions).

De nombreuses équipes vont être confrontées à la gestion d’une menace de fermeture. Afin d’aider les collègues, le SNUipp16 vous livre une aide, des conseils, des idées, des écueils à éviter, pour construire une mobilisation avec les parents, les élus.

Pour notre part, nous considérons que si une prudence individuelle peut se comprendre, nous nous refusons, par contre, à la frilosité collective.

Exemple de déroulement d’actions : contre un retrait de poste :
- Janvier : appel de l’IEN à la mairie et à l’école pour informer de la mesure de carte scolaire. - Courrier du maire contestant les chiffres annoncés par l’inspection et apportant des arguments contre la fermeture de la classe. Le maire contacte les parents délégués qui partent en « délégation » à l’inspection pour la remise de ce courrier et pour faire entendre leur voix et leurs arguments. - Le maire fait le tour des familles pour obtenir une attestation d’inscription pour l’année suivante à l’école du village.

- Pétition organisée par les parents délégués qui recueille un grand nombre de signatures de gens du village.

- Installation de banderoles « non à la fermeture de la classe » aux accès du village et devant l’école

- Article paru dans le journal local

- Les parents ayant le sentiment de n’être pas entendus décident de bloquer l’école : ils s’installent un matin devant l’école, laissent les enfants entrer dans la cour, puis peu avant 8h30, ils entrent dans l’école pour bloquer l’accès aux classes. La directrice prévient l’inspecteur qui se déplace rapidement. (Les parents ont installé des pneus et des palettes devant l’école pour montrer qu’ils pourraient y mettre feu.)

- Lorsque l’inspecteur se déplace, ils lui remettent la pétition ainsi que la liste des élèves présents l’an prochain. Les parents indiquent qu’ils ne bougeront pas tant que la décision ne sera pas annulée, après négociations et coups de fils de l’inspecteur, il leur donne l’information qu’une commission « extraordinaire » se réunit l’après midi même et que le cas de l’école sera traité. Les parents acceptent de lever le blocage mais se donnent rendez-vous le lendemain en cas de déception l’après midi. L’inspecteur demande en échange le retrait des pneus et des banderoles, que les parents n’effectueront pas tant qu’ils n’auront pas obtenu ce qu’ils veulent

- L’après-midi, une annulation de la fermeture est demandée, les parents restent en attente de la décision définitive sans faire d’action.
- La décision définitive annule le retrait de poste, les banderoles sont démontées.

- Tout au long de ce « bras de fer » la directrice informe le SNUIPP de la situation et leur fournit un argumentaire et la liste des élèves présents l’an prochain pour qu’il défende ce cas à la commission technique paritaire.

L’Éducation Nationale est en effet si bien attachée au maintien de ses personnels…. qu’elle enseigne à ses propres directeurs en stage de formation la conduite à tenir à l’annonce d’une suppression de poste…. et ceci de nos jours ! Voici ce qu’on en dit : dès la transmission de l’information de carte scolaire, la rencontre de l’IEN qui vous a en principe annoncé la mauvaise nouvelle est possible. Puis le directeur informe la communauté éducative et enfin, il est possible que le directeur sollicite une entrevue avec l’inspecteur d’Académie.

1) Votre inspecteur annonce la suppression, prenez en acte et demandez à le rencontrer mais rencontrez aussi le maire ou son représentant pour faire bonne mesure : Il faut à ce moment quitter le simple relevé comptable et penser « élève et intérêts de l’élève ». Une classe perdue pour l‘école et la ville a des conséquences. Il s’agit désormais d’en informer et d’en convaincre la municipalité. Il faut ici tout se dire. On perd un moyen d’enseignement donc un moyen de réaliser les missions de l’école. Ceci réduit l’aide aux élèves en difficultés, menace la qualité de l’enseignement , met un terme aux projets pédagogiques ( tiens tiens, revoilà le projet d’école…), instaure parfois les cours doubles, menace la décharge de direction, bouleverse les tableaux de services, les surveillances, le partage des tâches au sein des associations scolaires, est une souffrance pour le collègue touché, investi dans l’école, déprécie les conditions d’accueil, change l’implantation des salles, crée du désordre et du stress par le déménagement futur des salles, a un effet sur le budget communal, sur les investissements prévus ou déjà engagés, influencera la survie du commerce local, l’habitat de proximité, la volonté de s’installer ou non dans le quartier….. Eh oui, l’école coûte moins cher que l’absence d’école !!!!! On est loin des ratios comptables des seuils….et de la courte vue des décideurs.

Que la mairie d’ailleurs ne se contente pas de voter la timide motion de soutien en conseil municipal mais prenne vivement la mesure de la perte et se manifeste auprès des parents, au conseil d’école et dans la presse !

2) un conseil d’école extraordinaire peut s’imposer avec pour seul ordre du jour : la suppression de la classe. Vous donnerez les éléments nécessaires pour comprendre et agir. Insistez sur l’inscription et la présence indispensables à la rentrée scolaire de septembre si l’IEN vient compter. Les parents, bien mieux structurés s’ils sont membres d’une association de parents d’élèves peuvent organiser la riposte. A eux de déterminer les buts et les moyens : articles dans la presse, manif, rencontre d’ élus, blocage des entrées, pétition (en pièces jointes à l’article), siège de l’IA (lettre modèle de demande d’audience en PJ), tract, razzia sur la ville !!!!… Dans une époque médiatisée à l’extrême, nous savons tous que les parents qui bougent se font entendre…jusqu’à l’inspection académique !

3) Le directeur peut solliciter une entrevue avec l’inspecteur d’Académie, le cas échéant en accompagnant les parents élus . Cette entrevue qu’un directeur devrait toujours demander sous couvert de son IEN n’ est jamais refusée aux parents ou alors l’affront sera colporté….

N’hésitez pas avec l’aide des parents d’élèves à vous mobiliser contre les suppressions de postes, soyons déterminés et offensifs ....dans une Education Nationale qui ne veut pas de vagues, où l’exceptionnel n’est pas une notion admise mais où le passage de parents tenaces, résolus marquera les esprits…

 

18 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Charente- Maison des Syndicats -10, rue Chicoutimi -16000 Angoulême

- Tél : 05 45 95 48 09
- tél. portable : 06 74 13 47 44
- fax : 05 45 93 26 18
- Mail : snu16@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Charente (16), tous droits réservés.