www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Charente (16)

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum 0 réaction
9 mars 2014

GREVE LE 18 MARS

Modalités pratiques

- La déclaration d’intention doit parvenir à la Dsden le samedi 15 mars au plus tard à minuit.

- Lettre aux parents (à adapter, modifier) en fichiers joints.

opendocument text - 21.2 ko
lettre_aux_parents_-_greve_du_18_mars_2014-3-2

Manifestation : rassemblement ANGOULÊME - 10h - PLACE DE LA BUSSATE

Tract FSU : 4 raisons de faire grève

Emploi, pouvoir d’achat et salaires, accès aux services publics, protection sociale... la situation économique et sociale continue de se dégrader. Les salariés du public comme du privé, mais aussi les jeunes, les chômeurs et les retraités ne l’acceptent pas.

Le pacte de responsabilité proposé par le gouvernement est conditionné à une nouvelle et importante réduction des dépenses publiques. Or cette politique est déjà responsable depuis des années, de la baisse des salaires des agents de la Fonction publique, d’une réduction considérable des emplois et d’une dégradation des services publics à la charge de l’Etat et des collectivités territoriales. La fin de la contribution des entreprises à la branche famille à l’horizon 2017 va constituer un manque à gagner pour la protection sociale et risque d’entraîner sa fiscalisation.

PDF - 103.7 ko
tract_18_mars_fsu

Notre modèle social est ainsi fragilisé alors qu’il avait été reconnu comme un amortisseur de la crise.

Pour réorienter ces choix économiques et sociaux, la FSU , avec la CGT, FO et Solidaires, appelle les personnels à être en grève le 18 mars prochain.

Appel pour la Fonction publique le 18 mars 2014,, toutes et tous en grève et aux manifestations : Contre l’austérité, pour l’emploi, les salaires, le service public.

PNG - 54.5 ko
cgt-fo-fsu-solidaires

La politique d’austérité poursuivie par le gouvernement est renforcée depuis le pacte de responsabilité, qui aura des conséquences désastreuses pour la Fonction publique, ses agents et le service public rendu aux citoyens.

Après plusieurs années de blocage de la valeur du point d’indice, après l’augmentation des cotisations retraite, la suppression des effectifs, la dégradation des conditions de travail, les fonctionnaires et agents publics en ont assez !

A cela s’ajoutent les différentes déclarations concernant le blocage des carrières (promotions, avancement d’échelon, requalification), voire le gel des primes. Tout cela est inacceptable. Suite à l’intervention des organisations syndicales, la lettre du Premier ministre du 14 février dément que tout gel des avancements soit à l’ordre du jour mais elle confirme que, selon le gouvernement, la Fonction publique doit faire des économies et que les futures négociations doivent être inscrites dans le cadre de la réduction des dépenses publiques que nous contestons.

Cette politique perpétue des destructions d’emplois au prétexte de redéploiement et de restrictions budgétaires, ne permettant pas aux agents de remplir toutes leurs missions de service public et d’offrir un service de qualité sur l’ensemble des territoires.

Les réorganisations en cours à travers les différents projets de loi de décentralisation, et la création des métropoles vont dans le sens de nouveaux reculs des services de l’Etat, d’une désertification accentuée qui conduit à une réduction d’accès aux services publics à tous les niveaux.

C’est pourquoi, face à ces attaques contre la Fonction publique et ses agents, les organisations syndicales appellent l’ensemble des agents publics à cesser le travail le mardi 18 mars 2014 et à s’inscrire dans les actions interprofessionnelles et manifestations menées au plan local pour :

- La reconnaissance du rôle de la Fonction publique, de ses missions et du travail de ses agents ;

- L’augmentation de valeur du point d’indice ;

- La revalorisation de tous les salaires et le rattrapage des pertes du pouvoir d’achat ;

- La création des emplois nécessaires au bon fonctionnement des services publics et l’arrêt des suppressions d’emplois en cours ;

- L’amélioration des conditions de travail.

D’ores et déjà, les organisations ont convenu de se revoir après le 18 mars et sont déterminées à poursuivre leur démarche unitaire la plus large possible en prévision des négociations sur les salaires et les carrières qui doivent débuter à la mi-mai.

Grève Interprofessionnelle le 18 mars : Déclaration de CGT, FO, FSU, Solidaires

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires se sont rencontrées le 21 février 2014.

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, elles décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive. Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.

Elles invitent à rechercher l’unité d’action la plus large pour exiger des mesures urgentes en faveur des salaires, de l’emploi, de la protection sociale et du service public.

La stagnation du SMIC et le gel du point d’indice des fonctionnaires sont intolérables et handicapent gravement la relance économique. L’augmentation des salaires dans le public comme dans le privé est donc une priorité.

Les entreprises reçoivent plus de 172 milliards d’aides publiques sous la forme d’allègements ou d’exonérations fiscales et sociales, sans aucune conditionnalité ni évaluation de l’efficacité de ces aides en matière d’emploi et d’investissements et sans contrôle. L’ensemble de ces aides doit être remis à plat et évalué économiquement et socialement.

La relance de l’emploi passe par un plan socialement utile, d’investissements industriels, de sécurisation de l’emploi pour les salariés, de création d’emplois de qualité, de relance du pouvoir d’achat et de développement des services publics.

Nos organisations considèrent que les annonces liées au pacte de responsabilité, et en particulier les 50 milliards d’euros d’économies programmées, répondent d’une logique inacceptable d’austérité et attaquent inévitablement le financement des services publics, de la protection sociale et de la solidarité nationale alors que les besoins sociaux augmentent.

Nos organisations réaffirment que la protection sociale est un droit universel. Celle-ci est partie intégrante du salaire socialisé. Supprimer la cotisation des entreprises à la branche famille conduit de fait à le diminuer. Elles s’opposent au transfert du financement de la branche famille des entreprises vers la fiscalité des ménages (y compris par la fiscalité locale). Elles réaffirment leur attachement aux droits familiaux financés par la branche famille de la sécurité sociale. C’est un des éléments qui concourt à l’égalité entre les femmes et les hommes en favorisant l’accès au travail des femmes.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grève du 18 mars.

Enquête de participation à la grève du 18 mars

Pour prévoir au mieux l’organisation de cette journée d’action, merci de remplir le formulaire ci-dessous.
Enquête de participation à la grève du 3 février
:
:
:
:
:
:
:
:
Intention de faire grève envoyé à l’inspection :

 

7 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Charente- Maison des Syndicats -10, rue Chicoutimi -16000 Angoulême

- Tél : 05 45 95 48 09
- tél. portable : 06 74 13 47 44
- fax : 05 45 93 26 18
- Mail : snu16@snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Charente (16), tous droits réservés.